50e anniversaire de l’association Groupe Montagne

Joignez-vous à nous pour fêter les 50 ans du Groupe Montagne samedi 1er juin dès 16h.

Programme

Dès 16h : Animation par “La Marmaille”
Atelier de bricolage pour les enfants de 5 à 12 ans devant les immeubles Crédit Suisse de 16 à 18h – sur inscription
18h15 : Apéritif surprise offert par le Groupe Montagne
Au restaurant Ô Trois Chêne dès 18h15 – sur inscription
19h30 : Repas
Au sous-sol du centre commercial dès 19h30 – sur inscription

Menu du repas

Salade mélangée et tomate mozzarella
Risotto aux petits légumes croquants monté au Prosecco et émincé de volaille sauce forêstière à la crème
Duo de pavés au 3 chocolats et fruits rouges
Prix Fr. 22.- / 12.- (enfant)
Boissons comprises

Inscrivez-vous pour l’animation, l’apéro et le repas au restaurant Ô Trois Chêne jusqu’au 15 mai 2019

Affiche de l’évènement au format PDF.

Plan de mobilité seniors

Lors de l’assemblée générale du 7 février 2019, nous avons évoqué que la Ville de Chêne-Bougeries avait mandaté l’ATE (Association transports et environnement) pour la réalisation d’un plan de mobilité.

14 personnes se sont inscrites et la première séance a eu lieu le 2 avril 2019. Le procès-verbal de cette rencontre est disponible au format PDF.

Plan de mobilité seniors chemin De-La-Montagne Gradelle Chêne-Bougeries

Procès-verbal

Installation d’étais de soutien dans le garage Z

L’entreprise Steiner annonce par le bias de ses panneaux d’affichage que des étais de soutien de la dalle du garage Z du côté de la monté 100 seront posés le lundi 29 avril 2019.

Il faudra faire le tour des étais pour accéder aux places 20 à 39, en passant par les places de parking indiquées en rouge sur le plan ci-dessous.

Nouveau plan de circulation du garage Z

Installation d’un silo à béton devant le 130

L’entreprise Steiner annonce par le biais des panneaux d’affichage, qu’à partir du vendredi 26 avril 2019, un silo à béton va être installé devant la montée 130 pendant la durée des travaux.

Pour soutenir la dalle et garantir la sécurité des locataires, des étais seront installés sur les plus places 38 et 40 du garage souterrain du bâtiment I, situées en dessous du silo à béton.

Emplacement des étais de soutien dans le garage du bâtiment I.

Déchetterie — Benne à ordures

La régie Livit nous informe via un avis affiché dans les allées (et ascenseurs) que !a déchetterie du chemin de la Montagne, côté 96, a été définitivement supprimée suite aux excès constatés sur place.

Nouveau parking en lieu et place de la déchetterie du 96.
La déchetterie se transforme en parking.
Déchets encombrants interdits.

En lieu et place de cette déchetterie, ils ont prévu, en collaboration avec Steiner SA, une benne pour les encombrants, laquelle sera à disposition des locataires pour l’évacuation des déchets émanant des divers débarras relatifs aux déménagements qui ont ou auront lieu ces prochains mois.

Plan de localisation de la benne à ordures (rectangle rouge avec une croix).

La benne pour les locataires se trouvera au niveau de l’allée 100, collée contre les panneaux Steiner sur les place de parking extérieures (rectangle rouge avec une croix sur le plan).

La fameuse benne rouge

Copie de l’avis de Livit.

Axe Frontenex

En janvier 2019, l’Office Cantonal des Transports a mis à l’enquête publique le dossier d’aménagement d’espaces publics et routiers pour l’axe Frontenex qui se compose de la route de Frontenex, des chemins Frank-Thomas, de Grange-Canal et de la Gradelle, ainsi que des avenues Jean-Jacques Rigaud et Mirany.

Il est prévu de faire circuler sur ces artères les véhicules de la future ligne 4 (qui remplacera les lignes 1 et 9) desservant le nouveau quartier des communaux d’Ambilly.

La CITraP (site de la section genevoise de la communauté d’intérêts pour les transports publics) a publié un article en date du 17.02.2019 concernant ses oppositions et observations. On peut lire cet article sur leur site.

Le Groupe Montagne, l’association des locataires de l’ensemble résidentiel de la Gradelle, l’association du chemin des Voirons et l’association Rigaud-Montagne ont également fait opposition à l’office des autorisations de construire en date du 11 février 2019 concernant divers points, dont le point sur les transports publics, à savoir :

Arrêts de bus

  • Les riverains du chemin de la Gradelle demandent le maintien de l’arrêt de bus « Clos-du-Môlan » car ce dernier dessert de nombreuses habitations ainsi que des EMS, foyer pour personnes en situation de handicap et des structures de petite enfance. Une grande part de ces habitants présentent des fragilités physiques et/ou psychiques ne permettant pas des transferts importants jusqu’au prochain arrêt de bus, et encore moins jusqu’à une gare CEVA.
  • Les habitants des immeubles du chemin De-La-Montagne demandent le maintien de l’arrêt de bus « Montagne » car ce dernier permet à ces personnes, souvent âgées et/ou à mobilité réduite, de bénéficier d’un arrêt proche de leur domicile. Les arrêts Seymaz ou J.-J. Rigaud sont trop éloignés pour eux. D’autre part, il ne faut pas oublier que le futur nouveau centre commercial et d’habitation du 136, chemin De-La-Montagne devra aussi être desservi par les TPG.
  • De plus, la nouvelle ligne 4, prévue sur l’axe Frontenex, ne desservira pas l’arrêt de bus Montagne et n’assurera pas l’accès direct à la gare de Cornavin ni à l’hôpital cantonal (HUG). Actuellement ces destinations sont assurées par les lignes 9 et 1 qui n’existeront plus. Les habitants demandent que les accès directs mentionnés et l’arrêt Montagne restent assurés à l’avenir.
  • Les riverains de l’Axe Frontenex estiment avoir le droit, comme c’est le cas actuellement, à un accès direct à la gare Cornavin et à l’hôpital cantonal via le centre ville.

D’autre part, nous avons appris qu’Assetimmo, propriétaire de la parcelle du centre commercial du chemin De-La-Montagne, via sa régie Moser Vernet & Cie avait également écrit à l’office cantonal des transports en vue de maintenir l’arrêt de bus « Montagne ».
Le Crédit Suisse, via sa régie Wincasa, a aussi écrit pour maintenir l’arrêt de bus devant le centre commercial.

Nous suivons cette affaire de près et vous tiendrons informés de l’évolution de ce dossier.

Récapitulation des questions/réponses de l’AG 2019

Questions reçues des locataires dans la boîte aux lettres du Groupe Montagne et réponses transmises lors de l’assemblée générale du 7 février 2019.

A quelle date les locataires recevront-ils leurs nouveaux loyers ?
Sous toute réserve, les locataires du 96 au 108 (1ère phase des travaux) recevront leurs nouveaux loyers lorsque les appartements du 108 seront terminés. La 2ème phase concernera les allées du 110 au 122, et la 3ème phase du 124 au 134. Nous attendons encore une confirmation du propriétaire.

A quel moment les locataires qui ont demandé un autre appartement (plus petit ou plus grand) auront une réponse ? Et est-ce que l’on tiendra compte de l’ancienneté ?
Livit a reçu plusieurs demandes et la régie a déjà commencé à contacter les locataires intéressés, des rendez-vous seront prévus dans les prochains mois pour proposer un appartement tel que demandé. L’ancienneté sera visiblement prise en compte.

Des compteurs d’eau posés dans les appartements, qui va informer les locataires et à quel moment cela sera effectif et quel impact sur les charges actuelles ?
L’information officielle sera annoncée avec le courrier accompagnant le nouveau loyer, ce compteur est prévu pour l’eau chaude et l’eau froide. Le compteur d’eau chaude est une norme obligatoire pour les nouveaux appartements et Swiss Life a décidé d’y inclure l’eau froide. Chaque locataire paiera sa consommation d’eau, les charges seront évidemment modifiées, mais il restera des charges communes d’eau des locaux communs (par ex. buanderies, station lavage, etc….)

A quel moment les appartements des 7e et 8e étages seront proposés aux locataires adhérents du Groupe Montagne en 2016, possibilité de visiter ou seulement sur plan ?
D’ici cet été, les adhérents du Groupe Montagne signataires de la convention en 2016 recevront un courrier leur permettant de faire part de leur intérêt pour un appartement au 7e ou 8e étage. Des plans leurs seront envoyés et si leur dossier est accepté par la régie, ils pourront visiter les appartements.
Dès l’automne 2019, la location pour les appartements 7e et 8e étages sera ouverte au public.
Les premiers locataires pourraient y habiter début 2020… sous toute réserve.

Est-ce que la route devant les allées sera refaite ou non ? Et les petits terrains devant les allées avec les arbustes non entretenus pendant plusieurs années ?
Nous ne savons pas encore, mais par contre un devis sera demandé pour les aménagements extérieurs.

La déchetterie est dans un état désastreux, c’est un réel problème, quelle solution en attendant les transformations ?
C’est une situation qui dure depuis plusieurs années et qui n’a jamais été véritablement réglée, malgré les démarches du groupe Montagne auprès de la régie, de Swiss Life et de la police municipale. Lors de notre dernier rendez-vous avec Swiss Life le 23 janvier, M. Meyer, directeur, a constaté l’état déplorable et il a contacté Livit pour une proposition de fermer définitivement cette déchetterie en attendant les aménagements pour des containers semi-enterrés.
Mais, comme le dit la régie, si cette déchetterie est fermée par un grillage, les encombrants vont être déposés sur le trottoir, car les gens ont pris l’habitude de cette déchetterie sauvage qui est prisée par des personnes qui n’ont rien à faire avec nos immeubles.
D’après le dernier téléphone du 6 février que nous avons eu avec la régie, cette dernière étudie deux possibilités :

  • ouvrir carrément cette déchetterie et la faire vider 2 x par mois par Transvoirie
  • aménager la place avec de l’herbe et des plots et mettre une benne plus bas à l’intention des locataires uniquement.

Nous vous tiendrons au courant de la suite qui y sera donnée, mais nous restons tenaces pour trouver une solution.

Quand est-ce que les échafaudages et monte-charge devant les allées 96, 98 et 100 seront enlevés ?
D’ici fin février.

La station lavage du parking 96 à 122 est en mauvais état, sera-t-elle rénovée ?
Non, cela n’est pas prévu, mais des aménagements seront effectués (nettoyages et changements évier, du tuyau d’arrosage, etc…)
Comme le souligne un locataire, le contrôle du stationnement sauvage sur ces places devra être traité ultérieurement, à la fin des travaux.

Immeuble I : pas de possibilité de nettoyer les vitres recouvertes de poussière collante en raison des échafaudages, souhait de locataires pour un nettoyage périodique.
Swiss Life va voir pour un nettoyage 2 x par année, mais étant donné que les fenêtres seront changées dès le mois de mars en commençant par l’allée 124, les nouvelles fenêtres pourront être ouvertes par le locataire.

Vandalisme dans les allées : décorations des arbres de Noël cassées, dégradation des nouvelles boîtes aux lettres au 96, faudrait-il prévoir de fermer les portes d’entrée avec une clé ou un code ?
Ce n’est pas prévu pour l’instant, mais le propriétaire et la régie sont au courant et un point de situation sera fait à la fin des travaux.

Faire installer des canisettes avec sacs pour inciter les gens à ramasser les crottes de leurs chiens, et surtout envoyer une circulaire par Livit pour rappeler que les locataires qui possèdent un chien doivent impérativement ramasser les crottes sur les pelouses devant les immeubles.
Swiss Life va demander à la régie d’envoyer un courrier ou de mettre un avis dans les allées pour rappeler les règles. L’installation des canisettes en haut de l’allée menant au va être demandée à la Mairie.

Constat que les arbres longeant l’accès au parking et devant les cabanes de chantier, sont entourés de lierre, il faudrait enlever ces lierres, car cela assèche les arbres.
Un devis a été demandé pour les extérieurs côté Seymaz ainsi que pour le devant des cabanes de chantier. Travaux prévus au printemps.
Philippe Lemoine, membre du comité, a expliqué au cours de la séance le rôle des lierres qui n’est plus considéré comme néfaste.

Est-ce que les balcons des 6e étages auront une marquise contre le soleil, là où il y avait une ouverture ?
Plus besoin de marquise, puisque il y a maintenant un 7e et 8e étage au-dessus.

Est-ce qu’un locataire peut demander, à charge pour lui, la différence entre la cuisinière prévue et une de la même marque, mais plus perfectionnée ?
Swiss Life accepte cette demande, il va en informer Steiner, et le locataire désireux d’avoir une cuisinière plus perfectionnée, mais de même marque, peut en faire la demande. Il paiera la différence entre la cuisinière de base et celle qu’il aura choisie.

Travaux de réfection (peinture, parquets, etc..) suite à la rénovation des cuisines, salles de bain et toilettes
Plusieurs locataires souhaitent que la régie intervienne pour des travaux suite à la rénovation. La régie Livit rencontre les locataires qui en font la demande, et voit avec eux ce qu’il y a lieu de faire et ce qu’ils acceptent. Par contre, il faut se rendre compte que tout ne peut être fait à la suite de la rénovation, car cela rallongerait le temps prévu pour le retour dans leur appartement, et de ce fait le planning fait par l’entreprise Steiner ne peut plus être respecté, et les locataires suivants prévus ne peuvent plus déménager en temps voulu.
Il faut donc accepter que des travaux soient faits alors que les locataires ont repris leur appartement, ce qui du reste le cas si vous demandez la réfection d’une pièce en cours d’année.

Les murs, portes, plafonds et luminaires des couloirs du sous-sol sont progressivement refaits, mais concernant le sol, le revêtement se délabre fortement, mais n’a pas été changé dans les zones déjà terminées.
Etant donné que cette question nous est arrivée ce jour, nous poserons la question au propriétaire et nous vous tiendrons au courant.

Lettre à Livit concernant l’entretien des immeubles

Le Groupe Montagne a envoyé la lettre suivante à la régie Livit (avec copie à Swiss Life) concernant l’absence d’entretien des immeubles.

Lettre à Livit


Concerne : entretien des immeubles 96 à 134

Madame, Monsieur,

Le groupe Montagne a appris que le mandat de la société de nettoyage ISS n’a pas été reconduit et que votre société reprenait l’entretien des immeubles cités ci-dessus depuis le 1er avril 2019.

Nous tenons à vous informer que depuis plusieurs mois, le nettoyage des entrées, des locaux communs, des escaliers et des sous-sols laisse fortement à désirer et que de nombreuses plaintes de locataires vous ont déjà été adressées.

Nous comprenons tout à fait qu’en raison de la surélévation et des rénovations tout ne peut être parfait mais les locataires paient des charges et ils sont en droit d’avoir un minimum de propreté dans les immeubles.

De même pour les extérieurs côté Seymaz, où plus rien n’est taillé et laissé à l’abandon. Monsieur R. Meyer, directeur chez Swiss Life à Lausanne, a constaté cela lors d’une visite en fin d’année dernière avec la soussignée de gauche.

Enfin, nous tenons à vous rappeler que la convention qui a été signée le 26 août 2016 par Swiss Lite Crédit Suisse et le groupe Montagne, précise à l’article 12 que « dès la signature de la présente convention et nonobstant les projets de rénovation et de transformation des immeubles, les bailleurs traiteront avec diligence les demandes des locataires visant à l’entretien courant et absolument nécessaire des locaux communs aux immeubles et/ou appartements. »

Nous espérons que vous comprendrez nos attentes et vous en remercions d’avance.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

Anne Molnarfi Schmidt – présidente
Ursula Wehrli – membre du comité


Chêne-Bougeries « zone à fort potentiel de croissance »

Selon un article publié dans la Tribune de Genève le , le marché de l’immobilier de luxe “retrouve son dynamisme dans notre canton” (source Naef Prestige/Knight Frank). La rive gauche totaliserait plus de 60% du marché genevois de prestige (pas étonnant), et la commune de Chêne-Bougeries aurait doublé le nombre de transactions de “biens de luxe” l’année dernière.

Édition PDF de l’article.

On y apprend aussi que Genève est la 7ème ville la plus chère au monde, et qu’à Chêne-Bougeries, un appartement de 2 chambres (pièces ?) se négocie au prix minimum de 800’000 francs, alors qu’une villa de 4 chambres dépasse le million et demi de francs.

Ce qui explique en partie le bourgeonnement de projets surdimensionnés (voire mégalomaniaques) tels que celui de la Coop, dans notre quartier. Une situation à suivre en regard de l’évolution de nos loyers ces prochaines années.

Source : Tribune de Genève / Fabrice Breithaupt